.
DERNIERE MINUTE-Lettre de Ensemble! 69 numéro 17, Juin 2017

Législatives : Un accord de rassemblement partiel, avec soutien réciproque, dans les 4 circonscriptions de Lyon

Dans la foulée de la Présidentielle, où cela ne s’est hélas pas réalisé, il était important de travailler à des candidatures unitaires de la gauche d’alternative autour d’un « socle de mesures d’urgence » partagées (le comparatif des programmes réalisé par l’Appel des 100 démontre que c’était possible).
Il faut faire du neuf à gauche et ne pas recycler les vieilles recettes qui ont échoué comme le « modèle lyonnais de gauche plurielle » cher à Gérard Collomb. Ce « modèle » qui  lui a permis, sur plus de 10 ans, de mettre sous hégémonie (presque) toute la gauche lyonnaise, puis de la larguer sans hésitation pour rejoindre et promouvoir Emmanuel Macron, c’est-à-dire une « nouvelle » droite centriste qui rompt avec la gauche !
Faute d’accord national, il était important d’explorer un accord départemental pour les Législatives dans les 14 circonscriptions du Rhône, afin de faire élire un maximum d’élu-es de la vraie gauche  face à l’offensive libérale que prépare, par ordonnances dès cet été, le gouvernement Macron. C’est ce que nous avons fait dans la foulée du meeting unitaire du 2 mars au Palais de la Mutualité (300 participant-es) et dans les 5 réunions unitaires qui ont eu lieu mais qui ont échoué, du fait, principalement de la « politique de la chaise vide » de France Insoumise et du PG (systématiquement invités) et de la défection d’EELV pour des raisons d’auto-affirmation.
Heureusement, sur Lyon les discussions se sont poursuivies. Elles débouchent positivement sur un accord partiel entre le PCF, Ensemble! et le Gram de Nathalie Perrin-Gilbert, accord qui a permis des soutiens élargis par circonscription.

ETAT DES LIEUX PAR CIRCONSCRIPTIONS :

2ème Circonscription (1er et 4° arrdts, parties des 9° et 2° arrdts) : Titulaire Nathalie Perrin-Gilbert (Gram NPG2017)  / Suppléante Aline Guitard (PCF) :
On peut citer en premier cette circonscription dont l’enjeu est capital : la seule à être réellement gagnable ! Le Gram a accepté d’ouvrir la candidature citoyenne de NPG (rattachée nationalement à la « Belle Démocratie » de Charlotte Marchandise) au soutien des partis et mouvements de la gauche de transformation. Cette candidature est ainsi soutenue par le Gram/NPG2017, Ensemble!, PCF, Hamonistes, Parti Pirate. C’est une dynamique gagnante qui est en jeu dans la 2° circonscription malgré la concurrence des candidats d’EELV et surtout de FI, dont la candidate est issue du PG.
Depuis les Municipales de 2014,  le PG est pourtant aux côtés d'E!, du PC et du Gram pour gérer le 1er arrondissement dans le cadre de « Lyon Citoyenne et Solidaire » (LCS) c'est-à-dire la majorité que nous avons constitué avec Nathalie Perrin-Gilbert, Maire du 1er. Alors que nous travaillons quotidiennement en bonne entente, cette division est incompréhensible d’autant que LCS anime aussi le seul groupe d’opposition de gauche au CM de Lyon avec 3 élu-es !
Un camion aux couleurs de NPG2017 / Aline Guitard sillonne les quartiers de la circonscription avec un travail en profondeur en direction des quartiers populaires. La 1ère réunion place Tabareau avec Raphaël Glucksman comme invité a rassemblé 200 personnes. D’autres ont suivi avec succès comme la soirée sur la démocratie et les « lanceurs d’alerte » avec Laurent Mauduit de Mediapart (200 personnes), et un meeting central de campagne s’est tenu le 30 mai Place de la Croix-Rousse avec quelques 300 participant-es ; une initiative sur la reprise d’entreprises et les Scoop avec des représentants des Fralib est programmée. Des initiatives de campagne sont déjà prévues en vue du 2° tour.

1°  Circonscription (5° arrdt - parties des 2°/ 9°arrdts) : Titulaire Julien Giraudo (PCF) / Suppléante : Margot Vidal (Hamoniste)
Une circonscription où Gérard Collomb avait fait élire en 2012 Thierry Braillard (PRG) contre l’accord national PS / EELV de l’époque. Cette fois-ci Gérard Collomb lui a préféré le centriste Thomas Rudigoz pour l’investiture « En Marche » …  Il faut aussi évoquer l’état du PS en pleine « implosion », une Hamoniste acceptant d’être suppléante du PCF et la section PS du 2°arrdt se prononçant même pour soutenir la candidature !

3°  Circonscription (parties des 3° / 7° / 8°arrdts) : Titulaire Fanny Lucius (PCF) / Suppléant Jacky Abada (syndicaliste) :
Cette campagne s’inscrit dans un long travail de rassemblement unitaire porté conjointement par le PCF et E! dans les 3° et 4° circonscriptions de Lyon. Elle se heurte là à l’accord national PS Hamon / EELV) qui a réservé nationalement cette circonscription à EELV comme titulaire.

4° Circonscription (6e Arrdt – parties des 3° et 8° arrdts) : Titulaire Cécile Charles  (Ensemble!)  / Suppléant Gilbert Poldasse (PCF) :
C’est notre camarade Cécile Charles qui porte la campagne dans cette circonscription « terre de mission » car très ancrée à droite mais il faut aussi s’adresser aux couches populaires qui y habitent. A noter que curieusement, les Hamonistes qui nous soutiennent sur les 1ere et 2eme circonscriptions sont très discrets sur la 4° …

Partout ailleurs dans le Département, sauf dans la 14° circonscription (Vénissieux, partie de St Priest) où la candidature de Michèle Picard (PCF) fait accord jusqu’au sein du groupe local FI, c’est la concurrence entre forces de la gauche d’alternative.
Malgré tout le travail de rassemblement, d’appels et de rencontres unitaires entre toutes les composantes de la gauche de transformation que nous avons réalisé sur plus d’un an avec l’Appel des 100 et avec des appels citoyens et des rencontres pour une seule candidature sur la 6°  (Villeurbanne), la 7° (Vaulx Bron Rillieux) ou la 11° (Givors Mornant), force est de constater que cela n’a pas débouché ni sur des candidatures uniques ni même des candidatures de rassemblement partiel et ... tout est à craindre au soir du 11 juin.

Il ne s’agit pas d’une situation locale mais nationale, et l’Appel des 100 appelle déjà à une rencontre nationale en juin pour en tirer les enseignements. En effet pour combattre la montée de l’extrême-droite toujours menaçante, les droites dans toutes leurs nuances dont la nuance « Macron », l’unité dans les luttes sera indispensable mais aussi le rassemblement dans une nouvelle force de transformation sociale, écologiste, démocratique et citoyenne : cela concerne la FI, les composantes restantes du FDG  (PC, Ensemble!) la gauche socialiste, EELV et le NPA, ainsi que des composantes du mouvement social et des mouvements citoyens.
Armand Creus 


COMMUNIQUE DE PRESSE d'ENSEMBLE! 69 : GERARD COLLOMB MAIRE DE LYON ET PRESIDENT DE LA METROPOLE, C’ETAIT DEJA DU MACRON ... ALORS GERARD COLLOMB MINISTRE DE L’INTERIEUR DU GOUVERNEMENT EDOUARD PHILIPPE !!!


Gérard Collomb et ses soutiens ont rallié Emmanuel Macron dès l’origine et il s’en trouve récompensé en étant nommé Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur.
Ce ralliement est l’aboutissement d’une longue dérive social-libérale du PS qui conduit à l’adaptation au néolibéralisme et à la destruction de la gauche de transformation sociale.
Gérard Collomb a rallié Emmanuel Macron afin qu’il étende nationalement le soi-disant « modèle  lyonnais » social-libéral, laboratoire du macronisme.
Seule une « Gauche Debout » et rassemblée, forte de nombreux(euses) député-e-s à l’Assemblée Nationale, sera capable de s’opposer efficacement, de tracer une alternative à ce « libéral-macronisme » destructeur des solidarités.
C’est le sens de la candidature de rassemblement de notre camarade Cécile Charles dans la 4° circonscription au titre de notre mouvement «Ensemble ! pour une alternative de gauche sociale, écologiste et solidaire. Elle fait écho aux 3 autres candidatures de rassemblement de la gauche d’alternative à Lyon : Julien Giraudo et Fanny Lucius au titre du PCF dans les 1ère et 3eme circonscriptions de Lyon et Nathalie Perrin-Gilbert au titre du Mouvement citoyen Gram-NPG2017 dans la 2eme circonscription de Lyon gagnable  à gauche.

Ensemble! 69, le 17 mai 2017

Démocratie, vous avez dit Démocratie... à Lyon ?

Communiqué de presse

Pendant 4 mois un vent de «  Démocratie » a soufflé sur la Ville de Lyon dans les multiples initiatives citoyennes et débats impulsés par la Bibliothèque municipale. Ce bel évènement qui fera date s’est terminé par un Forum de 3 jours qui devait être précédé d’un live de Médiapart décentralisé à Lyon le 9 mars. Tout cela était acté dans une convention, votée en Conseil Municipal, entre la Ville de Lyon et Médiapart. C’était sans compter sur la conception « ubuesque » de la Démocratie du « Prince » Gérard Collomb (Sénateur Maire PS de Lyon, Président de la Métropole et soutien de Macron) qui est justement celle du ... « fait du Prince » : quelques jours avant le Forum, le plateau d’éluEs locaux invités par Médiapart ne convenant pas à la Ville de Lyon, le live de Médiapart à Lyon a été annulé !
Dans la foulée, on interdisait la présence de Christiane Taubira dans les locaux d’une Maison associative de la Ville de Lyon. Celle-ci, sollicitée par la librairie ayant invité l’écrivaine pour présenter son dernier livre, avait accepté de l’accueillir ainsi que ses nombreux lecteurs/trices : cela n’a pas été du goût du Prince ! Heureusement les autorités universitaires  de Lyon2, l’ont-elles-accueillie dignement.

Ces méthodes antidémocratiques du « Baron de la Métropole de Lyon » sont à l’image de la construction oligarchique de celle-ci (décidée à 2 avec le « Baron du Département » Michel Mercier) et aussi, le reflet de pratiques autoritaires, sans concertation réelle, qu’il met en œuvre au quotidien, en tant que Maire de Lyon, dans la gestion de la ville , notamment contre l’avis ou , sans l’avis, des éluEs d’arrondissement.

Ensemble ! 69 dénonce ces pratiques qui n’ont que trop duré. Elle appelle les citoyenNEs, et les forces démocratiques dans leur diversité à les rejeter au profit d’un renouveau démocratique auquel aspirent la majorité des habitants de notre Ville.

Lyon le 16/03/2017
Ensemble ! 69

Collectif Part-Dieu - Et si on vivait autrement à la Part-Dieu

Pour la création d'un Parc Public sur l'espace vert de France 3 contre le prolongement de la rue Bouchut jusqu'à la gare


L’ouverture de la rue Bouchut jusqu’à la gare, va intensifier le trafic automobile sur la
zone Part-Dieu et sa périphérie. Elle va détruire les rares espaces verts en
pleine terre avec un impact fort.

On passera de 250 à 600 véhicules aux heures de pointe (17h 19h)

Conséquences

  • L’augmentation des embouteillages sur Part-Dieu et sur les quartiers périphériques, d’autant plus que le plan de création de transports en commun est insuffisant.
  • L’augmentation de la pollution automobile, sonore et atmosphérique, ce qui constitue à terme un danger sanitaire.
  • L’augmentation de la chaleur à cause de l’absence d’espaces verts et des immeubles en béton et verre qui accentuent l’effet de chaleur par la réverbération des surfaces.
  • La diminution des stationnements résidents dans le quartier.

De la "com" plutôt que de la concertation


La concertation est une mascarade. Aucune proposition de modification du projet n’a été
acceptée alors que le collectif Part-Dieu ou d’autres associations ont fait de nombreuses
contre propositions concernant l’aménagement et le plan de circulation. Personne n’a
réellement demandé aux résidents du quartier ce qu’ils en pensaient !

Une communication mensongère !


Les brochures de pub de la mission Part-Dieu affichent un grand parc vert alors que 3
espaces verts sont supprimés dans la ZAC
(espace France 3, espace parking cuirassiers,
réduction de l’espace vert Desaix) !

RASSEMBLEMENT Samedi 18 mars à 10h
angle rue Bouchut rue des Cuirassiers
Signez la pétition du collectif Part-Dieu :


Une situation porteuse d'espoir et de défis majeurs ...

Jean-Luc Mélenchon, présent "pour de vrai" à Lyon ce dimanche 5/02 avec 12 000 personnes et, "en  hologramme" au même moment en région parisienne avec 6000 personnes, a réussi ainsi son pari : ne pas laisser le terrain aux FN qui lançait sa campagne présidentielle autour de Marine Le Pen ; mais aussi celui de ne pas laisser le terrain à la "nouvelle" droite ultralibérale d’Emmanuel Macron qui y a tenu meeting aussi le 4/02, avec Gérard Collomb en "chauffeur de salle".
Il renouait avec les tonalités positives de la campagne du FDG de 2012 par son côté "éducation populaire" et par la justesse de ses attaques contre Marine Le Pen, Fillon, Macron et leurs "programmes".
Certes il n’a pas insulté l’avenir en ne prononçant pas une seule fois le nom de Benoît Hamon, mais a-t-il les moyens et la volonté de mener la bataille de l’unité entre les 3 candidats Hamon Jadot et JLM à partir des contenus pour porter en commun ce qui rassemble, et soumettre au débat et au verdict citoyen, les désaccords qui existent et qu’il ne s’agit pas d’escamoter ? C’est-à-dire la bataille pour un rassemblement à dynamique majoritaire gagnante, et pour la Présidentielle et pour les Législatives ?
Car là où le bat blesse, c’est l’étroitesse du seul mouvement France Insoumise (FI) au regard de cet enjeu qui, malgré son dynamisme reste sous l’influence dominante du PG et se refuse, à ce jour, de co-contruire la campagne avec les forces politiques qui appellent à voter pour lui : le PCF et Ensemble! tant au plan national que local. C’est pourtant une condition pour élargir encore plus la dynamique et les moyens de l’interpellation unitaire de Benoît Hamon et Yannick Jadot par JLM dans un esprit constructif.

Pour un "pacte pour une alternative à gauche"
Après un quinquennat désastreux, les élections présidentielles de 2017 sont lourdes de dangers pour les salariés, les chômeurs, la jeunesse et les populations discriminées. Dans cette situation, la victoire de Benoît Hamon contre Manuel Valls aux primaires du PS est une bonne nouvelle. C’est un effet différé du mouvement social du printemps contre la loi El Khomry et confirme une aspiration à gauche de sanctionner les représentants de la politique gouvernementale. Mais Benoît Hamon est maintenant confronté à la contradiction entre cette aspiration et le rassemblement avec les défenseurs de l’austérité au sein du PS. Il est décisif que cette contradiction soit clarifiée et la rupture avec le social-libéralisme confirmée.
Ensemble! s’est mis en campagne en soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon pour une rupture avec le libéralisme et le productivisme, pour rassembler toutes les forces de gauche et écologistes qui partagent cette exigence, remobiliser toutes les énergies au sein des classes populaires qui aspirent à un véritable changement.

Ensemble! propose que les trois candidatures à gauche ainsi que les forces voulant en finir avec le bilan désastreux de Hollande et mobiliser pour faire front face à Fillon, Macron et Le Pen, examinent les convergences possibles en vue d’une base commune autour d’un « Pacte pour une alternative de gauche ». Dans ce cadre, Ensemble! propose de multiplier les initiatives locales associant les forces politiques, le mouvement social, les forces citoyennes, notamment sous la forme de débats publics.
Un large rassemblement peut se construire pour la présidentielle comme pour les législatives autour de quelques grandes exigences économiques, démocratiques, égalitaires et écologiques.
Divisées, les candidatures de la gauche d'alternative n’ont aucune chance d’être présentes aux seconds tours des élections présidentielle et législatives. Si elles s'unissent autour d'un projet commun, elles peuvent rompre avec le social libéralisme, battre la droite et le Front national !